top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurLucie Codron

La thérapie d'acceptation et d'engagement (ACT)

Dernière mise à jour : 4 mai 2020


En ce moment précis, acceptes-tu le triste comme l’agréable, prends-tu avec légèreté les histoires sur ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, es- tu l’auteur d’une vie qui ait un sens pour toi et reviens-tu avec douceur vers cette vie quand tu te rends comptes que tu t’en éloignes ?


Kelly Wilson


La thérapie d’acceptation et d’engagement a été développée au début des années 90 par une équipe de psychologues américains selon une démarche scientifique rigoureuse et s’appuie sur la


recherche en psychologie comportementale.

L’ACT repose sur un ensemble de principes qui ensemble permettent de développer la « flexibilité psychologique ». La recherche scientifique montre que plus notre flexibilité psychologique est grande, meilleure sera la qualité de notre vie. Alors qu’est ce que ce terme signifie ?

La flexibilité psychologique est la capacité à s’adapter aux situations avec ouverture et conscience, sans perdre de vue nos valeurs.

Les composantes clés de la flexibilité psychologique sont :

  • La capacité à être mentalement présent : soit être dans un état mental qui nous permette d’être pleinement conscients de notre expérience, d’être engagés dans ce que nous sommes en train de faire et de réduire l’influence et l’impact des pensées et sentiments douloureux.

  • La capacité à agir avec efficacité : soit agir de façon consciente et délibérée, plutôt qu’impulsive et insensée – agir en étant guidé, motivé et inspiré par nos valeurs – être flexible et s’adapter aux demandes de la situation

Lorsque la flexibilité psychologique augmente, nous sommes alors plus à même de gérer les émotions difficiles, les pensées non aidantes et les croyances qui nous limitent, ainsi que de modifier les comportements qui ont un impact négatif sur nos vies par des comportements tournés vers nos valeurs.

L’efficacité de l’ACT est reconnue pour un vaste éventail de conditions telles que la dépression, les conduites addictives, le stress au travail ou encore la schizophrénie…

La thérapie neurocognitive et comportementale a été initiée et développée par l’équipe de recherche du laboratoire de psychologie et neurosciences de l’institut de médecine environnementale à Paris, lui-même crée en 1987 par Jacques Fradin.

Elle se focalise sur les interactions entre les processus et réseaux cérébraux et les comportements.




310 vues0 commentaire

Kommentarer


bottom of page